Challenge étudiant 2024

Challenge étudiant Vichy
Challenge étudiant Vichy
Challenge étudiant Vichy

Partagez
sur les réseaux

#GCN2024 #30MinutesBouge

-
Titre

Challenge étudiant 2024

Texte riche

Le Challenge 2024, organisé du 20 au 23 mai au Parc Omnisports de Vichy, sera le grand rendez-vous sportif des étudiants en cette année olympique.

Rassemblant 1100 étudiants, 120 encadrants, 180 arbitres et bénévoles, il permettra aux 20 équipes meilleures équipes du classement national FFSU, issues de 8 écoles et 12 universités, de s'affronter sur 11 disciplines sportives individuelles et collectives.

Moment de fête et de rencontres, avec le soutien du Groupe L'Etudiant et de Basic Fit, le Challenge permettra aussi aux participants de suivre des conférences mettant à l'honneur la pratique sportive étudiante, et la Grande Cause Nationale, dans le cadre du village "annexe".

  • Où ?

    Parc Omnisports de Vichy

  • Quand ?

    Du 20 au 23 mai 2024

Organisé par ?

Organisé par ?

Fédération Française du Sport Universitaire

Noam

« Le challenge sportif inter-étudiants qui se tiendra au printemps 2024 et dont je serai le parrain permettra non seulement d’assurer la promotion du sport à l’université, mais aussi de montrer les bienfaits indéniables de la pratique sportive sur la santé physique et mentale. »

Noam Mouelle étudiant et membre de l’équipe de France d’aviron

Noam Mouelle, 22 ans, étudiant en doctorat physique des particules à l’université de Cambridge (Royaume-Uni), vainqueur en 2023 de la « Boat race », mythique course d'aviron entre les universités d'Oxford et de Cambridge.  

« Après un bac S en France, j’ai souhaité poursuivre mes études universitaires en Angleterre afin de pouvoir continuer ma pratique sportive de haut niveau tout en intégrant une filière d’excellence. J’aurais peut-être pu rester en France et rejoindre par exemple une classe préparatoire aux grandes écoles, mais je n’avais pas d’exemples de sportifs de l’élite qui avaient suivi un tel cursus tout en restant performants au plus haut niveau. Au Royaume-Uni, il existe une véritable culture du sport universitaire, et encore plus en aviron. De nombreux rameurs ont pu mener des études d’excellence, à Cambridge ou Oxford, tout en participant aux Jeux Olympiques. Cela a toujours été mon objectif. J’ai un projet professionnel bien défini (chercheur en physique, ndlr) et j’ai aussi des ambitions sportives, notamment de participer aux JO un jour, et j’ai toujours été persuadé que les deux n’étaient pas incompatibles, à condition d’avoir un environnement adapté. Je ne voulais pas avoir à faire un choix. J’ai besoin des deux pour mon équilibre. La pratique sportive m’aide énormément pour mes études, et l’inverse est aussi vrai.
 J’ai développé une certaine rigueur, une capacité d’organisation qui me permet d’être performant aussi bien sur l’eau que dans mes cours. Le fait de m’entraîner chaque jour dès 6h du matin me place dans d’excellentes conditions physiques, mais aussi mentales pour le reste de la journée.

 Bien sûr, il y a des périodes parfois intenses où la fatigue et le stress se sont sentir, notamment en période d’examens et/ou de compétitions. L’important est alors de rester bien concentré sur ses objectifs et de ne pas perdre de vue ses priorités. (…) J’ai été contacté au printemps 2023 pour participer à un atelier de réflexion sur la pratique sportive étudiante aux côtés de la ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques, Amélie Oudéa-Castéra, et de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Sylvie Retailleau. C’était un honneur et une fierté de pouvoir partager mon expérience et d’apporter ma contribution à cette nouvelle impulsion qui permettra d’installer encore davantage le sport au cœur des universités françaises. J’espère que mon parcours pourra peut-être inspirer d’autres sportifs qui hésitent à poursuivre leurs études, mais qui voient désormais que c’est possible. J’ai aussi accepté de faire partie d’un groupe de travail sur l’organisation d’un grand événement sportif inter-étudiants au printemps 2024, dont je serai d’ailleurs le parrain. Ce rassemblement permettra non seulement d’assurer la promotion du sport à l’université et de montrer les bienfaits indéniables de la pratique sportive sur la santé physique et mentale, mais il me semble aussi important pour les étudiants sportifs d’avoir en fin de saison un objectif qui les motivera encore plus chaque jour à se rendre à l’entraînement. »